Who’s the ghost ?

Il y a des questions auxquelles il vaut mieux ne pas avoir de réponse. Mais quand on sait qui est « the Ghost » on a envie de le partager avec tout le monde. C’est comme être le détenteur d’un secret vital. Pour tout vous dire, « Who’s the ghost » est le titre de la prochaine exposition très attendue du collectif A’lean Friends de Eline Arnaud.

Who’s the ghost ?

Quand une personne connue s’efface ou se cache peut-on dire qu’il s’agit d’un fantôme ? Oui ? Non ? Dans tous les cas c’est la belle surprise que nous fait Tony Santana.

Vous n’avez pas bien compris ? Bon on répète ensemble :

 Wilfried Tony Santanna est the Ghost !!!!!

Wilfried Tony Santana

Ce beau gosse qui a fait les belles heures du mannequinat ivoirien, ce gars qu’on a rencontré chaque fois qu’on allait acheter du pain sur une affiche, c’est lui « the ghost ». Qui le croit ? Ou plutôt qui aurait pu le croire ?

De la lumière à l’ombre

Le rêve de toute personne est de passer de l’ombre à la lumière. Pourtant, l’artiste suit un chemin peu commun.

Après avoir été sous le feu des projecteurs, Wilfried Tony Santana passe maintenant de l’autre côté de l’objectif. Il choisit la photographie ; un talent qu’on ne lui soupçonnait pas. Si en effet, on pourrait croire qu’il est question d’une issue de secours, on se trompe. L’artiste débute sa carrière bien avant de rompre avec le mannequinat.

Il commence en anonyme sur son compte Instagram ‘’the ghost’’. Ce choix judicieux permet de prendre contact dans un premier temps avec l’art non avec l’artiste. Il établit ainsi une distinction qui lui donne une réelle valeur d’artiste. On voit ses clichés, on tombe sous le charme. On s’interroge jusqu’à trouver qui est ce mystérieux fantôme. Et ce processus force le respect.

La photographie de « the ghost »

Elle est douce, elle est mâte, cette photographie. The Ghost, c’est le photographe qui n’a pas besoin de lumière. C’est une photographie qui va puiser au fond de la noirceur ou plutôt de l’instinct africain, une renaissance, une manière de faire … qui touche, qui inspire.

Crédit Photo: The Ghost

Si la première des choses que vous recherchez dans une photographie est la créativité, the Ghost vous en donne une bonne dose. En peu de temps, Wilfried Tony Santana s’est conçu une identité d’artiste avec cette photographie sombre mais précise, créative mais minimaliste, raffinée mais tout aussi élégante.

Pour sa première exposition solo, quelle explosition créative propose –t-il ? La réponse nous attend à l’espace Kajazoma ce 23 Mai 2019 à 18h30.


Aurez-vous suffisamment de cran pour faire face au fantôme ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.