Vents et Marées : un hommage bien mérité pour Michèle Tadjo

Un artiste ne meurt pas. Non, sur une œuvre de l’esprit, la mort ne l’emporte pas.

Michèle Tadjo, dix(10) ans après son départ (pour l’au-delà) est exposée à la Rotonde des Arts.

Malgré le temps, ses oeuvres restent d’actualité et ont un sens. Aujourd’hui disparue, elle correspond pourtant à l’art contemporain de notre temps.

Qui est Michèle Tadjo?

Photo Michèle Tadjo

Artiste ? Comme vous l’avez deviné, elle l’était. Mais bien avant qu’a-t-elle été ?

C’est un peu le propre de l’espèce humaine de commencer l’aventure de la vie par la naissance.

Michelle Aline Begin naquit donc un 13 février de l’année 1932 en Bourgogne (France).

Après un secondaire à Dole dans le Jura, elle s’intéresse à la sculpture qu’elle apprend auprès de Maître Yencesse (sculpteur français).

Cette expérience marque le réveil de l’âme artistique qui sommeillait en elle.

Avec la soif d’apprendre, elle intègre l’école des Arts appliqués à l’industrie de Paris.

Un coup de foudre, puis l’amour !

Sa rencontre puis son mariage en 1952 à l’ivoirien Joseph Tadjo modifiera sa trajectoire.

De Paris à Abidjan, elle intègre les beaux arts et s’intègre à cette nouvelle société après l’obtention d’un certificat d’aptitude à la formation artistique.

Elle dispensa ses connaissances dans des lycées et collèges de la ville d’Abidjan.

 

L’année 1973 marque sa consécration entière à l’art. Pour la suite de sa carrière, elle décide de conserver le patronyme de son époux avec une modification de son prénom « Michelle » qui deviendra « Michèle.

Corps et âme, Michèle Tadjo se donnera dès cet instant jusqu’à son dernier souffle qu’elle rendit en 1998.

A la découverte de son univers

Entre sculpture et peinture, Michèle Tadjo s’illustre pour nous offrir une signature unique.

Signature non des moindres qu’elle développe autour de la maîtrise du corps humain.

Estomac en peinture

 

Ses toiles se tissent autour de mystère et surtout d’abstrait; laissant l’esprit vagabonder et se raconter l’histoire qu’il aimerait bien.

Sa peinture

Mystère de vagues

 

Dans les oeuvres (peintures) de Michèle Tadjo, des pertes de contrôle d’une réalité sûrement trop douloureuse se mêlent au désarroi; ne laissant subsister dans l’oeuvre que le fond de son histoire : désir brûlant de connaître l’homme jusque dans ses os et dans ses ligaments.

Contre vents et marées, elle arrive à nous emporter dans des vagues de curiosité parsemées de générosité. La peinture semble pour elle être un jeu dont le maniement est plus qu’époustouflant !

Son architecture

 

Sculpture de Michèle Tadjo

 

Son architecture scupturale plutôt bien structurée dans du fer témoigne de grandes connaissances de cette dame de fer. En effet, la maîtrise de cette matière lui permet d’effectuer des formes géométriques recouvertes très souvent de peinture noire.

 

Pionnière de la gente féminine artistique (ivoirienne), travailler elle n’a cessé de faire. Et cela est perceptible jusqu’à présent dans ces œuvres qui nous laissent témoins des faits.

Cependant de cet héritage qu’allons-nous faire? Le partager ou l’abandonner ?

One Reply to “Vents et Marées : un hommage bien mérité pour Michèle Tadjo”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *